© Anne Lemaître
Née en 1994 à Rodez, je vis et travaille entre Paris et Montréal.

Après des études de philosophie à l’université Paris 1 - Panthéon Sorbonne, j'ai entamé des études d’art à l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Reims où j'ai validé mon DNA, puis mon DNSEP. En parallèle de mes études, j'ai étudié le chant lyrique au conservatoire de Reims.
J'écris pour le compte d’artistes plasticien·ne·s et d’institutions depuis 2018

J'ai été lauréate en 2021 du Prix Prisme, puis co-lauréate en 2022 du Prix Michel Journiac.
Mes projets sont des mues, des formes produites par un changement, des traces qui se manifestent. Je travaille particulièrement la plasticité des écritures, qu’il s’agisse de traduire en plages de couleurs les discours institutionnels présents dans les expositions auxquelles je participe, de transformer des partitions en sculptures de verre ou de questionner les corps comme surfaces d’inscription. 
J’aime opérer des renversements, interroger ce qu’il se passe si ce qui est invisibilisé devient central, ou si ce qui peut-être lu devient illisible. Je m’intéresse tout particulièrement à la mise à la marge des femmes et de leur travail. Mes recherches tentent d’explorer la porosité entre les dires, les écritures et les images comme autant de systèmes de représentations. Elles en soulèvent également les enjeux, les images et les textes que nous produisons déterminant ce que nous faisons exister et ce qui perdure. 

Born in 1994 in Rodez, I live and work between Paris and Montréal.

After studying philosophy at the Paris 1 - Panthéon Sorbonne University, I began studying art at the Ecole Supérieure d'Art et de Design in Reims where I obtained my art degrees (bachelor & master). I also studied lyrical singing at  the conservatory of Reims.
I write for visual artists and institutions since 2018.

In 2021, I won the Prisme Prize, and then the Michel Journiac Prize in 2022. 
My projects are moults, forms produced by a change, traces that manifest themselves. I particularly work on the plasticity of writings, whether by translating the institutional discourses of the exhibitions I'm involved in into colorful patches, by transforming songs into glass sculptures or by questioning bodies as surfaces of inscription. 
I like to operate reversals, to question what happens if what is invisibilized becomes central, or if what can be read becomes illegible. I am particularly interested in the marginalization of women and their work. My research attempts to explore the porosity between words, writings and images as systems of representation. They also raise their stakes, as the images and texts that we produce determine what we make exist and what lasts.

EXPOSITIONS COLLECTIVES / COLLECTIVE EXHIBITIONS
2022
, La fileuse, Reims
Juste avant, galerie michel Journiac, Paris
2021
If there is sentient life in other parts of the universe, there is music too. The left place, the right space, Reims
In(errance) III, Bibliothèque Interuniversitaire de La Sorbonne, Paris
2018
Nourrir, ce nourrir, Galerie SometimeStudio, Paris
Féminité(s), Hôtel Mercure, en partenariat avec l’Institut Jean Godinot, Reims
Meuseum, Résidence et exposition collective, en partenariat avec le PNR des Ardennes
2017
Paréidolie, centre d’art CAMAC, Marnay-sur-Seine 

ÉCRITS ET PUBLICATIONS (sélection) / WRITINGS AND PUBLICATIONS (selection)

2022 
[DIRE], catalogue d’exposition, LABF15, espace d’art contemporain, Lyon
Shmues, communiqué de presse, exposition de Tania Mouraud, galerie Ceysson & Bénétière, Lyon
2021
Mezzo Forte, communiqué de presse galerie Ceysson & Bénétière, Luxembourg
2020
A8, in MAUVAISES HERBES, contribution poétique à un livre collectif, ARTISTES & ASSOCIÉS, sur une idée originale de Mona Convert.
2019
Tania Mouraud, Écriture(s), catalogue d’exposition co-écrit avec Nicolas Couturieux, Hangar 107, Rouen
2019
Objet Impossible, RERO, catalogue d’exposition, co-écrit avec Nicolas Couturieux, Hangar 107, Rouen
Back to Top